Yves Duteil

Yves Duteil est né en 49. Père employé de bureau dans l’import-export, mère bijoutière. C’est son grand-père Eugène Jules Deutsch

yves duteil

qui changera son nom en ‘Duteil’.

Une enfance « normale » pour Yves Duteil… avec un apprentissage du piano vers les 10 ans, mais bientôt la guitare à l’adolescence. Début d’études en droit et… la musique ! Comme bon nombre d’artistes, il aura décidé de se lancer en abandonnant les études.

Une caractéristique finalement très répandue pour ceux qui n’ont pas de famille ou de relations de famille déjà dans ce milieu : il faut oser choisir son avenir musical ! (comme par exemple Grégoire, Etienne Daho ou encore Benabar).

Pour Yves Duteil, il aura, semble-t-il, cependant, bénéficié de proximités musicales de divers membres de sa famille (Francis et Avrom Dreyfus par exemple)  qui étaient impliqués dans la musique : maisons de disques Dreyfus, Polygram, et EMI France. Ça peut aider …

Duteil les débuts

Petites salles et cabarets sont le quotidien de Duteil, comme beaucoup d’artistes de cette époque. Entre salles à moitié pleines et à moitié vides, l’apprentissage de la scène se faisait généralement sur le terrain, sans accompagnement de grands labels comme aujourd’hui lorsque vous sortez de « the Voice » pour trouver votre voie à défaut de la voix…, ou de ces émissions pour de nouvelles stars (voir par exemple Louane) pour briller.

Mais bon, les émissions télé ça peut servir même à cette époque. Yves Duteil tente sa chance dans le petit conservatoire de Mireille. C’était une émission radio puis télévision de 1955 à 1974, un premier télé-crochet, un the voice version réduite. Dédié à la variété française, l’émission se voulait être un cours de chant sous la direction ferme de Mireille. C’est Sacha Guitry qui avait lancé l’idée de mettre en valeur des artistes ou tout simplement des jeunes qui se lançaient et n’étaient pas passés par les conservatoires. Une bien belle idée en vérité dont Jean Cocteau sera le parrain !  On y aura vu débuter Françoise Hardy par exemple, un vrai tremplin donc !

Duteil est lancé et fait les premières parties de Régine ou Juliette Gréco… pas mal ! Mais les deux disques suivants en 1973, ne sont pas des réussites d’audience.

Yves Duteil le succès.

yves duteil chanson enfantC’est en 1974, qu’Yves Duteil lance vraiment sa carrière. Il gagne le concours du festival de Spa en Belgique. Sortent alors deux albums « L’écritoire« , puis « J’attends » (1976). Il écrit bien Duteil, des textes comme les aime la chanson francaise, avec des musiques simples mais efficaces. Une sensibilité reconnue :  prix de l’Académie Charles CROS, du Secrétariat à la Culture, Prix Jeune Chanson (Haut Comité de la langue française).

C’est surtout avec l’album « La tarentelle » (en 1977) que Duteil va réellement devenir un artiste établi dans le succès et la durée. « Prendre un enfant par la main » (désignée « Plus belle chanson du siècle » en 1988 !) inonde alors les ondes et les émissions avec également « Le petit pont de bois » ou encore « la tarentelle ».

1978, c’est aussi l’année des premières scènes importantes.

Les albums s’enchaînent mais…

Les albums se suivent et ont tous un très beau succès.

1979 « j’ai la guitare qui me démange » ; 1981 « Ça n’est pas ce qu’on fait qui compte ». Pour autant de plus en plus de critiques le trouvent un peu incolore et inodore, ‘gentillet’ en quelque sorte. La variété « tout-chante » que tout le monde chante, mais qui n’a pas beaucoup de relief finalement ! Évidemment ce n’est pas de la chanson engagée ou de la chanson commerciale, violente voire cynique qu’on a proposée à la génération jeune des années 2000 (comme Orelsan à ses débuts ou Sexion d’Assaut pour ne citer qu’eux). Non, c’est de la chanson simple mais de qualité, facile à retenir, à chanter et à jouer à la guitare, pour toute une génération de jeunes, sans autre prétention ! De la vraie chanson française de variété+ !

Tout cela ne l’empêchera pas d’avoir marqué les années 70 et 80 de la chanson francaise et avoir vendu plus de 50 millions de disques quand même !

1978, 1980, les concerts se succèdent, tous avec autant de succès : Olympia ou encore théâtre des Champs-Elysées font salle pleine.

1981 et Yves Duteil devient son propre producteur, chemin fréquent chez les artistes qui ont connu le succès : plus porteur financièrement c’est certain, sans doute aussi plus de liberté de décision.

C’est l’album « statue d’ivoire » qui connaît un gros succès une nouvelle fois et il devient Chevalier des Arts et des Lettres, ce qui lui permet d‘accéder bien sûr à une des tours d’ivoire de la notoriété…bref, Duteil est dorénavant une statue de la chanson francaise, sculpteur de langue française. Il sort alors « La langue de chez nous » hymne à la langue française : médaille de l’académie Française, titre de « meilleure chanson francaise» décerné par la Sacem… fichtre, les droits d’auteurs ont dû être élevés pour la Sacem…

Yves Duteil, la chanson francaise devient engagée…

Suivent alors les années 1990 et Yves Duteil devient Chevalier de l’Ordre national du mérite, fichtre, ainsi que de la légion d’honneur. Des reconnaissances nationales méritées finalement au regard de son œuvre pour une chanson française à texte, populaire.

1992, et sa chanson « la fleur de l’impossible » est chanson officielle des jeux Olympiques d’Alberville.

1997 suit  l’opus « touché » avec notamment la chanson « Dreyfus ». Duteil se lance dans un style sensiblement plus engagé. Un yves duteilengagement certes un peu familial en l’occasion, car Yves Duteil est en fait le petit neveu  du capitaine Dreyfus (cf l’affaire du même nom). Mais l’engagement va au delà, Il est effectivement ‘touché’ Duteil : avec par exemple le titre « la tibétaine » qui se veut être une chanson de soutien et de défense d’une prisonnière (Ngawang Sandrol) ou encore «Grand-père Yitzhak » qui se veut impliqué dans la défense des droits de l’homme ! Un retour à son premier titre car Duteil fait un ‘virage’ vers un engagement réel pour les droits humains et les prisonniers d’opinion, dans cet album. Finit la variété « tout-chante » ou plutôt voilà la variété+ qui va au delà de la simple chanson à popularité assurée. Peut-être une réponse à ses détracteurs qui le considéraient comme trop inodore et incolore ?

2009 et c’est l’album « (Fr)Agiles », qui sort au Quebec. Suivent « un chemin de chansons » en 2010, « Flagrant délice » en 2012, ou encore « respect » en 2018.

Après quelques années en retrait pour différentes raisons en particulier personnelles( voir d’autres sites si vous voulez savoir car dans ma chanson française on évite de parler des situations trop personnelles), il relance la chanson française et repart pour de nouveaux concerts comme ceux qu’il donnera en 2019.

Un grand de la chanson francaise, de la belle langue française chantée !

 Yves Duteil impliqué

Au delà de son engagement pour les droits humains et la liberté d’opinion, Yves Duteil aura aussi été impliqué dans différents causes.
yves duteil maire
Engagement citoyen tout d’abord, car maire sans étiquette de Précy-sur-Marne de 1989 à 2014 : plus de 20 ans en tant que Maire il faut le sens de l’engagement (ayant été moi-même Maire pendant 6 ans, je ne peux que le souligner, une bien belle expérience, mais il faut de la volonté et de la persévérance pour rester 20 ans!). Mais ceci dit, l’engagement citoyen est une bien belle aventure humaine.

Il s’engagera en 95 en faveur de Jacques Chirac.

Duteil est aussi impliqué dans plusieurs associations comme « Votre école chez vous», « les Petits princes » (enfants malades), A.P.R.E.S, qu’il a fondée avec sa femme, pour l’éducation des enfants venant de la caste des intouchables … autant dire des délaissés d’une société indienne implacable.

Il est aussi impliqué dans « Alliance AntiCorrida » qui milite notamment pour l’abolition des corridas.

De bien beaux engagements !

Il aura écrit aussi « la petite musique du silence », un livre de réflexion. « une aventure humaine passionnante »… rassemblement de rubriques sur plusieurs années.

Il l’a dit

« Quand j’étais jeune je cherchais mais je ne trouvais pas, je devais être agnostique… ça m’arrangeait bien…»

Écrit par Serge Para

ma chanson française

Retour haut de page