Nolwenn Leroy

Nolwenn Leroy, s’appelle en fait Nolwenn Le Magueresse. Elle est née en 1982 dans le Finistère.

Ses années de jeunesse se partagent entre la Bretagne, Paris et le Nord de la France. Ses parents divorcent et à 11 ans, elle va vivre dans l’Allier avec sa mère. Elle étudie au collège des Célestins à Vichy. Elle apprend la musique, solfège, chorale et violon , piano en particulier !

A 16 ans elle part aux Etats-Unis dans le cadre de programmes du Rotary Club . Elle y reste un an. De retour en France, elle suit des cours de chant lyrique. Suit la Faculté de Droit, mais c’est une carrière de chanteuse qu’elle veut en fait.

Les débuts

Elle remporte une saison de Star Academy en 2002, elle a une vingtaine d’années alors.

Elle aurait dit avoir été marqué par Armande Altaï, le professeur de chant impliqué dans l’émission de la Star Academy. Elle s’inscrit dans sa classe et suit des cours de chant à Paris plusieurs mois… pas bête car elle est alors sélectionnée pour la star Academy qu’elle remportera, devant un public télévisuel de plus de 10 millions de personnes ! Elle a aussi pu ainsi être en duo avec des Laurent Voulzy, Laura Pausini, Calogero ou encore Bruel.. pas mal ! Mais Nolwenn est un prénom déjà utilisé par une autre artiste.. elle prend alors le nom de Nolwenn Leroy (le nom de sa mère)

Dès le premier album, le succès

En 2003 sort son premier album, Nolwenn… comme c’est souvent le cas, le nom sert de titre d’album… il doit y avoir une raison marketing ? ou est-ce l’imagination qui manque parfois ? hum… Mais elle n’est pas seule dans cet album… Il y a aussi en effet Laurent Voulzy ou encore Pascal Obispo et Lara Fabian. L’album fait un malheur… numéro un des ventes et plus de 600 000 exemplaires vendus ! joli… On y trouve les chansons « cassé» ou encore « une femme cachée ». Suit une tournée en France et pays francophones. « J’étais dans un tel tourbillon médiatique… Après la finale il y a la tournée où on chante six soirs par semaine pendant des mois, cet album enregistré en quelques jours… À la fois ce bonheur d’enregistrer, et à la fois la frustration de ne pas pouvoir écrire mes chansons. Il y a eu quelques frictions parce qu’on n’était pas dans l’univers que j’ai choisi et qui m’inspirait. Je ressens encore ce moment où je me disais que je risque de payer le fait d’être partie sur cette voie-là. On sait à quel point il y a des étiquettes en France, et quand on t’associe à un certain style, après c’est cuit. »

 

Les albums se suivent

Le second album

Il sort en 2006, histoires naturelles. Et en réalisation c’est notamment… Laurent Voulzy ! pas mal ! et avec lui il y a bien évidemment Alain Souchon (et Voulzy) pour un des titres phares « Nolwenn Ohwo » qui signe la chanson avec Nolwenn Leroy. C’est le deuxième titre numéro un des ventes après « cassé » ! Les textes des titres de l’album sont pour une grande part de Nolwenn Leroy, qui instille une ambiance, voire un monde qui lui est propre entre rêve et réalité, étrangeté et imaginaire. Plus de 400 000 exemplaires sont vendus. L’Olympia suit ainsi qu’une tournée en France et Belgique.

Nouveaux albums

Un nouvel album paraît en 2009, le troisième : le Cheshire Cat et moi, avec le chanteur Féroiën Teitur Lassen. Le Cheshire, ou « comté de Chester », est un comté rural dans le nord-ouest de l’Angleterre.  Une tournée suit comme d’habitude pour une album moins diffusé.

L’album Bretonne sort en 2010 ; une forme de retour aux sources ? Elle y chante en breton mais aussi en gaélique irlandais (en français et anglais également …). Très gros succès en France , Suisse et Belgique, pour plus d’un million d’exemplaires vendus !

Vient 2012 et l’album Ô filles de l’eau, la mer, les femmes au fil de l’eau, avec un peu de Bretagne celtique dans le style variété.  Il sera vendu à plus de 300 000 exemplaires quand même…

En 2013 elle apparaîtra en de nombreuses occasions dont en duo sur l’album d’Eddy Mitchell … (ah ! il semblerait que les labels adorent décidément beaucoup les duos qui font vendre plus,? ….), ou encore dans l’album la bande à Renaud.

Des tournées suivent les années suivantes dont en 2016 en Angleterre au festival de Celtic Connection.

2017 et c’est Gemme, un single du futur album de même nom. Chanson en français mais aussi anglais, compositions majoritairement de Nolwenn Leroy. Suit une nouvelle tournée française de plusieurs dizaines de dates.

L’album de reprises

2018 pour l’album Folk, avec de nombreuses reprises comme « So Far Away From L.A. » de Nicolas Peyrac ou encore de Jacques Higelin « je ne peux plus dire je t’aime »

« Ce n’est pas un album de reprises pour faire des reprises. C’est vraiment un truc de médias ça, depuis récemment, de dire : « Oh nolwenn leroy concertencore des reprises ! », comme s’il y avait une forme de facilité à faire des reprises » « Pour moi, faire des reprises, c’est un exercice qui peut être très difficile ».

Elle aura ainsi vendu plus de 3 millions de disques pour une dizaine d’album, avec un succès en France Belgique, Suisse mais aussi en Allemagne, Corée du Sud et aux États Unis

Bref elle sait perdurer Nolwenn Leroy, preuve de qualité et de talent.

Un engagement ?

Les enfoirés bien sûr – comme une obligation pour les stars françaises – mais aussi la fondation Abbé-Pierre (normal aussi, mais pourquoi pas…) et d’autres associations caritatives.

Ne négligeons pas la volonté réelle d’engagement même si elle est souvent portée par une forme de bienséance issu du succès.

Elle l’a dit

« Gemme » n’a pas eu beaucoup de succès et n’a pas été très soutenu, pourquoi ? Nolwenn Leroy dit que : « J’ai peut-être payé le fait d’avoir été un peu absente longtemps. (…) Je suis restée en tournée pendant longtemps donc je n’avais pas l’impression de ne rien faire parce que j’étais très occupée (…) Malgré tout, je suis restée loin des studios pendant quelques années »

« Aujourd’hui, … il faut sortir des choses régulièrement. Il faut occuper l’espace tout le temps. … Même quand tu as ta place, ça ne veut rien dire aujourd’hui. Il faut toujours proposer de nouvelles choses, il faut envoyer de la chanson tout le temps, tout le temps. C’était un peu abstrait pour moi qui écrit mes chansons et qui ai besoin de temps pour partir écrire … Aujourd’hui, cette période de création, il faut qu’elle soit un peu plus courte. Il faut être dans cette période de création en même temps que tu es dans l’action. Et ça c’était pas forcément facile pour moi » . L’album de reprises « Folk » était aussi là pour lui laisser le temps de travailler sur un nouvel album original.

« Oui j’ai toujours eu cette angoisse et cette méfiance. Mais en même temps, c’est nécessaire au début. Quand on arrive dans ce métier, qu’on a 19 ans, qu’on est une fille, et qu’on est révélée par cette énorme machine qu’est le télé-crochet, c’est important d’avoir les pieds sur terre … Aujourd’hui on est beaucoup plus tendres avec les gagnants de ces émissions. Nous à l’époque on avait l’impression de devoir payer tout cet amour, ce succès qu’on avait basé sur pas grand-chose. »

 

écrit par Serge Para

Ma chanson française

Retour haut de page