/** * André début code Google Tag Manager */ /** * André Fin Google Tag Manager */

Concert de Mylene Farmer

MYLENE FARMER enflamme l’U Arena…. Et j’y étais !!!

Il est presque 21h, les lumières baissent, la clameur monte…. Toute la salle sait qu’elle va arriver d’en haut. Mais de où précisément et de quelle manière ? Le concert de Mylene Farmer est lancé!

Mylene Farmer descend du ciel !

7 écrans à 3 faces s’élèvent lentement, tandis que 3 cercles illuminés se mettent en mouvement depuis le ciel…. Un large rond lumineux les traverse,  en tournant….. Et en son milieu, Mylène apparaît. Elle se pose, puis chemine lentement sur la scène mobile centrale, et dans le tonnerre de percussions de l’introduction musicale, rejoint la scène centrale (60 mètres de large !!). Un décor gigantesque, lumineux, médiéval (d’inspiration Games of Thrones diront certains), avec des scènes mobiles, levantes ou flottantes, un écran géant en fond. Voilà, le concert peut commencer, avec « Interstellaire » d’abord, puis « Sans logique » qu’elle n’avait pas chanté depuis 30 ans, lors de sa première tournée.

La chevelure lâchée,  légèrement ondulée, n’est pas sans rappeler celle de cette première tournée. Simple, efficace.   Et les tenues, tantôt cerclées de fer, tantôt sexy, comme cette marinière et son shorty, ou encore cette longue robe blanche pour les interludes calmes, la sagesse, finalement, je trouve, est de mise. Jean-Paul Gaultier est là, c’est évident ! Mylène est devenue plus sage, mais n’en reste pas moins parfois provocante. Et on aime ça !

Deux heures de musique et de danse

Côté musique, 2 heures non-stop, ponctuées d’intermèdes musicaux dansés par une troupe qui accompagne quasi systématiquement la Belle.  Et c’est un tour de chant quasi complet, où l’on retrouve «Pourvu qu’elles soient douces »,  « California » (qui s’ouvre dans un grandiose brouhaha où se mélangent les sirènes de police, les bruits de portes de voiture, de conversation au talkie… génial !), « M’effondre » (absolument parfaite dans un décor filmé très sombre), « Je te rends ton amour »… Puis, entre autre «Ainsi sois-je », en piano-voix (sans Yvan Cassar, quel dommage !) qu’elle peine à démarrer tant l’émotion est présente, Au final, seul l’album Monkey Me n’est pas représenté.

Puis elle nous lâche quelques phrases touchantes, sincères, réciproques, qui nous font frémir de plaisir, distillées çà et là dans la soirée (et salut  toujours par un « bonsoir » à la fin de la seconde chanson)

C’est dans un déluge de flammes, dans une salle emplie d’émotions paradoxales, tristesse et joie, qu’elle interprète l’Horloge, une mise en musique de cet effrayant poème de Baudelaire sur le temps qui passe.

Oui, 30 ans, le temps passe. Un magnifique tour de chant, pas mal de clins d’œil sur sa carrière. Doit-on y voir le clap de fin ? Rien n’est moins sûr, mais ce qui l’est, c’est que Mylène est une Etoile, une artiste à part dans la chanson française.

Privacy Preference Center

%d blogueurs aiment cette page :