Le France de Michel Sardou

sardou-le-franceOn parle toujours des chanteurs, mais jamais des talents qui font que les interprètes chantent de magnifiques chansons. Parce que la chanson française c’est aussi des auteurscompositeurs, par qui la magie arrive. Le France de Michel Sardou fait partie de ces chansons d’interprètes.

C’est en effet le cas de Pierre Charles Marcel Napoléon Leroyer, dit Pierre Delanoë, qui écrit depuis les années 50 pour nombre d’artistes. Ainsi dans les années 70, il devient le parolier de, Michel Sardou, Dalida, Joe Dassin , Gilbert Bécaud, Gérard Lenorman entre autre. Le parolier ne sait fabriquer que des « tubes ». En 1974, Pierre Delanoë part à Los Angeles, pour rendre visite à Michel Polnareff. Il en profite pour visiter la Californie. Pendant son séjour en Californie, il est stupéfait de découvrir que le célèbre navire le Queen Mary reste à quai et qu’il a été transformé en hôtel.

A son retour en hexagone, ce grand artiste de variété française tombe sur un article qui parle de l’éventuel vente du navire Le France. Il est révolté, de voir ce transatlantique, qui pour lui est un symbole du pays au même titre que la tour Eiffel, ou le château de Versailles, à vendre comme un vulgaire bateau. Il pense au Queen Mary devenu Hôtel. Sa réaction ne se fait pas attendre, il se met à écrire le début de la chanson sans savoir à qui il la donnera. Écrire pour lui est une façon d’extérioriser, ses émotions.

 

Michel Sardou s’implique

chanson-le-france-sardou

Au cours d’un diner, Pierre Delanoë, fait part à Michel Sardou de son agacement. Michel Sardou, le réactionnaire que l’on connait, est de suite sensibilisé par l’histoire. Il demande à voir le texte, emballé, il se positionne pour l’interpréter. Michel Sardou, souhaite changer une phrase dans le texte. Il remplace la phrase « je suis le France, pas la France. La France, elle m’a laissé tomber » par « ne m’appelez plus jamais France, la France elle m’a laissé tomber »

Jacques Revaux, compositeur, un autre talent du moment, compose la musique de celle qui deviendra numéro 1 au hit-parade. Le titre sort en 1975 en 45 tours, c’est un immense succès : 1 000 000 d’exemplaires en deux mois. Si Pierre Delanoe et Michel Sardou pensaient, avec la chanson « Le France », sauver le paquebot, il n’en est rien. Malheureusement, notre France a eu une fin tragique. Le France n’est plus, il nous reste néanmoins une magnifique chanson qui, elle traverse les générations depuis 1975.