Agissons pour la chanson française !
Découvrez de nouveaux artistes et chanteurs ou redécouvrez vos artistes et chansons préférées.

Hymne à l’amour

L’ange noir de la chanson, selon Jean Cocteau, signe là avec Hymne à l’amour, l’un de ses plus grands succès.

C’est en 47 que Piaf tente l’aventure américaine, avec les compagnons de la chanson.

Le début est pour le moins difficile, mais un très bel article dans un des plus grands quotidiens de New York lui permet de se produire dans un cabaret de Manhattan, au nom bien français, “le Versailles”. Et c’est le succès : le contrat d’une semaine se transforme en une suite de représentations, avec notamment la vie en rose qu’elle chante en anglais.

C’est dans ce cabaret qu’elle rencontre le boxeur Marcel Cerdan, laissant ainsi son compagnon d’alors Jean-Louis Jaubert le leader des compagnons de la chanson…

C’est pour Marcel Cerdan que la chanson l’hymne à l’amour, est écrite par Edith Piaf sur une composition de Marguerite Monnot (même s’il semblerait que d’aucun attribuent la composition à Piaf elle-même) Elle l’aura écrite dans la maison de Boulogne Billancourt achetée avec Cerdan. Elle la chante alors pour la première fois le 14 septembre 1949 au cabaret.

Marcel Cerdan trouvera la mort dans un accident d’avion en octobre 49.

Elle ne s’en remettra pas vraiment.

Si un jour la vie t’arrache à moi , Si tu meurs, que tu sois loin de moi
Peu m’importe, si tu m’aimes
Car moi je mourrai aussi…“. des paroles prémonitoires?

La chanson est enregistrée en mai 1950 sur un 78 tours et connait d’emblée un énorme succès.  Elle l’interprète aussi dans un film Paris chante toujours en 1952.

De nombreux artistes auront repris cette chanson : Mireille Mathieu, Alain Barrière ou encore Johnny Hallyday en 95.

 

VIDEO

 

Paroles de hymne à l’amour

Le ciel bleu sur nous peut s’effondrer
Et la terre peut bien s’écrouler
Peu m’importe si tu m’aimes
Je me fous du monde entier
Tant que l’amour inondera mes matins

Tant que mon corps frémira sous tes mains
Peu m’importent les problèmes
Mon amour, puisque tu m’aimes…

J’irais jusqu’au bout du monde
Je me ferais teindre en blonde
Si tu me le demandais…
J’irais décrocher la lune
J’irais voler la fortune
Si tu me le demandais…
Je renierais ma patrie
Je renierais mes amis
Si tu me le demandais…
On peut bien rire de moi,
Je ferais n’importe quoi
Si tu me le demandais…

Si un jour la vie t’arrache à moi

Si tu meurs, que tu sois loin de moi
Peu m’importe, si tu m’aimes
Car moi je mourrai aussi…
Nous aurons pour nous l’éternité
Dans le bleu de toute l’immensité
Dans le ciel, plus de problèmes
Mon amour, crois-tu qu’on s’aime ?…

… Dieu réunit ceux qui s’aiment !

Retour haut de page