Gauvain Sers  les oubliés

gauvain sersDeux ans après le premier album « Pourvu » de Gauvain Sers et son succès, en particulier, avec la chanson du même nom,  un nouvel album sort avec les oubliés … Il s’agit d’un sujet très en vogue, les oubliés, en particulier des province. La chanson de Gauvain ‘sert’ la cause de ces oubliés…Un sujet qui colle bien à l’image que s’est faite Gauvain avec sa casquette populaire.

La sortie de l’album est suivi d’une tournée dans les campagnes… c’est une bien belle idée, un peu commerciale peut-être? mais bon la chanson est belle et Gauvain Sers paraît saint sers… euh… sincère.

La chanson lui aurait été inspirée par une lettre envoyée par Jean-Luc Massalon, un instituteur dans un village de la Somme agissant pour maintenir son école, qui a finalement fermé en fin 2018. Il était venu voir Gauvain Sers lors d’un de ses concerts.

Il a grandi dans un village à la campagne dans la Creuse, Gauvain, son père y était professeur de mathématiques. La lettre a donc déclenché l’écriture de cette chanson sur un sujet sensible pour Gauvain Sers. Il veut y dénoncer la diminution voire la disparition des services publics en milieu rural.

la VIDEO de Gauvain Sers  les oubliés

Les paroles

Devant le portail vert de son école primaire
On l’reconnaît tout d’suite
Toujours la même dégaine avec son pull en laine
On sait qu’il est instit
Il pleure la fermeture à la rentrée future

De ses deux dernières classes
Il paraît qu’le motif c’est le manque d’effectif
Mais on sait bien c’qui s’passe

On est les oubliés
La campagne, les paumés
Les trop loin de Paris
Le cadet d’leurs soucis

À vouloir regrouper les cantons d’à côté en 30 élèves par salle
Cette même philosophie qui transforme le pays en un centre commercial
Ça leur a pas suffit qu’on ait plus d’épicerie
Que les médecins se fassent la malle
Y’a plus personne en ville, y’a que les banques qui brillent dans la rue principale

On est les oubliés

La campagne, les paumés
Les trop loin de Paris
Le cadet d’leurs soucis

Qu’il est triste le patelin avec tous ces ronds-points
Qui font tourner les têtes
Qu’il est triste le préau sans les cris des marmots
Les ballons dans les fenêtres
Même la p’tite boulangère se demande c’qu’elle va faire
De ses bon-becs qui collent
Même la voisine d’en face elle a peur, ça l’angoisse
Ce silence dans l’école

On est les oubliés
La campagne, les paumés
Les trop loin de Paris
Le cadet d’leurs soucis

Quand dans les plus hautes sphères couloirs du ministère
Les élèves sont des chiffres
Y’a des gens sur l’terrain de la craie plein les mains
Qu’on prend pour des sous-fifres
Ceux qui ferment les écoles les cravatés du col
Sont bien souvent de ceux
Ceux qui n’verront jamais ni de loin ni de près
Un enfant dans les yeux

On est les oubliés
La campagne les paumés

Les trop loin de Paris
Le cadet de leur soucis

On est troisième couteau
Dernière part du gâteau
La campagne, les paumés
On est les oubliés

Devant le portail vert de son école primaire
Y’a l’instit du village
Toute sa vie, des gamins
Leur construire un lendemain
Il doit tourner la page

écrit pas Serge Para

ma chanson française

Retour haut de page