[vc_row][vc_column][vc_column_text]

Noir Desir,  le rock français sans concession.

Noir desir est né en 1980 de la rencontre sur les bancs du lycée à Bordeaux entre Bertrand Cantat (chanteur) et Serge Teyssot-Gay (guitariste), tout deux en classe de seconde. C’est entouré de Denis Barthe (Batterie), le frère de Serge, Thierry (guitare rythmique) et Hervé Porge (Basse) qu’ils vont décider de former leur premier groupe Psychoz….. tout un programme !

A l’aube des années 80, on voit notamment l’émergence des radios libres qui vont donner matière au groupe en terme d’inspiration. Le groupe s’imprègne de Blues, de Rock, de Punk et de Garage.

Entre temps, le futur groupe de rock va connaitre des départs et une ribambelle de noms. Ce n’est qu’en 1985, que la recette Noirs Désirs avec un S sera trouvée. La formule gagnante étant Bertrand Cantat aux textes et au chant, Serge Teyssot-Gay à la guitare, Denis Barthe à la batterie et Frédéric Vidalenc à la basse.

Les premières composition

s du groupe qui se forge une solide réputation en écumant les bars dans la région de Bordeaux font qu’ils sont repérés par Théo Hakola, chanteur de Passion Fodder.

Il va permettre à noir desir de signer sur le label Barclay qui va leur soumettre les conditions d’un gros label. Déjà, les membres du groupe ne feront pas de concessions et la seule qu’ils feront, c’est de modifier leur nom de groupe. Les quatre membres ne lâcheront que deux lettres. Je vous le donne en mille… Noirs Désirs devient Noir Desir. A l’été 1986, Théo Hakola produit leur premier EP « Où Veux-Tu Qu’Je R’garde ». Les ventes sont au rendez-vous et dépassent les attentes de Barclay. La maison de disque décide alors de les signer pour trois albums.

 

Noir desir, un groupe de rock français en recherche d’identité !

Sur le premier EP, le groupe a 21 ans et on sent que la musique de Noir Desir se cherche une identité.

Bien évidemment, on retrouve les bases de ce qui fera le succès du groupe. A savoir, un son de guitare

épidermique, un chant à la limite de la rupture avec cette rythmique implacable et des textes empreints de poésie qui seront la marque de fabrique du groupe….et chantés en Français la plupart du temps …. Et oui :).

Des morceaux comme « toujours être ailleurs », « la rage » et « pyromane » laissent entrevoir les capacités du groupe à être le groupe en devenir !!

C’est avec leur second album « Veuillez rendre l’âme à celui à qui elle appartient » que Noir Desir va grimper d’une marche……et quelle marche !  Bon ce n’et pas encore l’Everest mais tout de même.

Avec Ian Broudie à la production de ce second album,  Noir Desir se montre plus calme et démontre ainsi que le groupe sait canaliser son énergie.

Le groupe semble avoir trouvé son son avec ses guitares rutilantes, son chant inspiré, à la manière d’un Jim Morrison avec ses références littéraires et surtout Noir Desir remplit le vide laissé par la séparation du groupe Téléphone.

 

Veuillez rendre l’âme

L’album est salué par la critique spécialisée au point de se voir décerner le Bus d’Acier en 1989. Les ventes de l’album ont atteint 150 000 exemplaires. Cette récompense est attribuée par la presse au meilleur groupe de rock français.

Ce qui est assez étonnant avec cet album qui leur aura permis d’être leur premier disque d’or, c’est le morceau Aux sombres héros de l’amer qui les fera connaître mais qui ne sera pas compris comme ce titre aurait dû l’être. Cette chanson de rock français va leur donner le succès et la renommée mais Noir Desir décidera de le retirer de leur répertoire et ne le jouerons que très peu sur scène.

Les titres qui sont marquants sur cet album sont « A l’arrière des taxis », « les écorchés » et « what I need » ….. ah zut de l’anglais, mais quel titre.

Ecoutez les versions live, vous verrez, c’est énorme.

 

Noir Desir, le doute !

Fort de ce succès commercial et critique, le groupe est bien parti pour devenir le groupe de rock français par excellence.Néanmoins, Noir Desir ne fait pas les choses comme tout le monde. Ils vont très peu se produire à la télévision (le groupe refuse de participer à plusieurs émissions, à l’image de Sacrée Soirée, présentée par Jean-Pierre Foucault…. Hi Hi Hi ..). Il me semble que le groupe ne fera aucune promotion de leur troisième album qui marque (à mon humble avis) un tournant dans leur discographie et sera la base du nouveau son « Noir Desir ».

 

Du ciment sous les plaines

C’est avec « du ciment sous les plaines », leur troisième effort, qui sort en 1991 que noir desir passe la vitesse supérieure. N’en déplaise à leur maison de disque, le groupe s’inspire d’un autre groupe de rock américain, Fugazi, et se tourne vers un son plus rock. Cette suite est plus sèche et bruitiste que le précédent. Ce disque est un contrepied radical mis en boîte par le groupe lui-même.

A l’image de l’album, rouge à souhait, cet album est une furie de guitares, de batterie qui claque, de chant à la limite de la rupture. C’est comme si noir desir était monté dans une F1 et la vitesse leur sied bien !

Pourtant, cet album qui pour moi fait date dans leur discographie n’a pas eu l’estime qu’il aurait dû avoir !! le groupe n’est pas satisfait à 100% du résultat et les ventes ont été moindres que leur second. Un échec commercial ?

 

Et bien non à en croire les chiffres. L’album est toutefois certifié disque d’or, mais les ventes n’atteignent que 120 000 exemplaires, soit 30 000 de moins que le précédent. S’ensuit une tournée qui les mènera au Japon pour enfin se terminer par 12 dates consécutives à l’Olympia.Le groupe n’en sort pas indemne et surtout Bertand Cantat est victime d’une syncope.

Les membres du groupe décide de faire une pause : Bertrand Cantat part au Mexique pour soigner sa voix, Serge Teyssot-Gay s’installe en montagne, Frédéric Vidalenc prend la mer sur son voilier et Denis Barthe joue avec d’autres formations musicales bordelaises comme Edgar de l’Est.

Noir Desir, le succès !

Après une pause salvatrice pour le groupe, celui-ci prépare son quatrième album. C’est sous l’impulsion du producteur du groupe Fugazi, Ted Niceley, que noir desir rentre en studio à Reading en Angleterre. Ted Niceley veut bouleverser les habitudes d’enregistrement du groupe et au lieu de les voir enregistrer les uns après les autres, il souhaite les voir les uns contre les autres …. J comme dans les conditions d’un live !!

Ce bouleversement aura sur cet album un son brute, direct sans fioritures !! à l’image de ce qu’est noir desir. Cet album, qui va propulser le groupe comme étendard du rock français, est Tostaky .

Tostaky

La musique de Noir Desir se fait plus brute sans concessions avec un Serge Teyssot-gay aux riffs implacables et un Bertrand Cantat éructant ses paroles et une section rythmique irréprochable. Avec cet album, Tostaky étant la contraction argotique d’un des slogans de ralliement des révolutionnaires mexicains « todo esta aqui » qui signifie « tout est ici ». Et c’est rien de le dire car sur cet album, on peut dire que tout est ici. Noir Desir déroule et nous fait plaisir.

Du morceau éponyme « Tostaky (le continent) à « Ici Paris », de « Marlène » à « Lolita nie en bloc », ainsi que de « Here it comes slowly » à « Oublié ».

 

La chanson « Here it comes slowly » étant la première chanson du groupe parlant de la montée de l’extrême droite. Chanson passée malheureusement inaperçue car chantée en Anglais.

« Tostaky » est un succès considérable, 350 000 exemplaires de l’album sont écoulés et la chanson phare de l’album se classe au Top 50 pendant plusieurs semaines ainsi que dans les hit-parades européens.

La tournée est phénoménale mais épuisante pour l’ensemble des membres du groupe. Bertrand Cantat doit soigner sa voix allant même à se faire retirer des polypes aux cordes vocales. Il est interdit de chant pendant une année pour préserver son organe. Pendant ce temps, le guitariste Serge Teyssot-Gay sort son premier album solo, Silence Radio.

Cependant les tensions apparues lors de la dernière tournée ont des conséquences sur la vie du groupe. Frédéric Vidalenc (le bassiste) décide de prendre le large en évoquant des différents artistiques avec le chanteur ainsi que le manager du groupe Jean-Marc Gouaux.

En attendant un nouvel album, un album live du nom de « Dies Irae » sortira et sera vendu à 200 000 exemplaires. Il retranscrit bien l’énergie et l’importance qu’à la scène dans la vie de Noir Desir.

 

Noir Desir, la consécration !

Pour Noir Desir, les changements sont plus que nécessaires. Bertrand Cantat doit changer sa façon de chanter afin de préserver à l’avenir sa voix. Le guitariste Serge Teyssot-Gay se rend compte par ses nouvelles expériences qu’il doit faire évoluer son jeu afin de renouveler le son du groupe. Jean-Paul ROY, préparateur des guitares du groupe sur les tournées, propose ses services pour remplacer Frédéric Vidalenc. Après plusieurs répétitions, les membres du groupe décident qu’il sera de la partie.

C’est donc un groupe dans le renouveau qui entame à l’été 1996 l’enregistrement de leur 5ème album. En seulement deux mois, l’album est enregistré. Comme pour le précédent, Ted Niceley est à la production.

 

666.667.CLUB

L’album se nomme 666.667. CLUB (drôle de nom me direz-vous). Et comme pour souffler les nuages gris qui ont entaché les derniers mois du groupe, la pochette de l’album s’ouvre simplement sur un ciel bleu comme pour espérer des lendemains prometteurs.

Et les promesses sont tenues. Un album qui marque un changement tant dans l’écriture des textes que dans la composition des morceaux. Les morceaux sont plus lents, moins rapide que sur « Tostaky » mais les guitares sont toujours acérées et noir desir n’a rien perdu de sa verve rock n’ roll ! Les textes sont plus incisifs et politisés. Comme à l’écoute du 1er single « Un jour en France ».

Avec cet album, noir desir atteint la consécration. Plus d’un million d’exemplaires vendus en quelques mois. Certifié double disque de platine, 666.667 Club s’installe en tête des ventes en France pendant une semaine et reste présent dans le classement pendant 90 semaines consécutives. Les morceaux comme « Fin de siècle », « A ton étoile », « Comme elle vient » et « L’homme pressé » vont faire de cet album l’apogée du groupe. Le groupe sera récompensé lors des Victoires de la musique 1998 en tant que groupe de l’année, mais également pour « L’Homme pressé » qui reçoit le titre de chanson de l’année.

A la suite de cet album, le groupe va se produire lors de différentes manifestations et multiplier les engagements humanitaires et associatifs. A l’issue de leur tournée qui a suivit la sortie de l’album, les différents membres vont s’accorder une pause et participer à différents projets musicaux.

 

Noir Desir, le chant du cygne !

Il aura fallu 5 longues années pour que noir desir accouche de leur 6ème et dernier album. L’album se nomme « Des Visages, Des Figures » et va marquer encore un changement majeur dans la façon d’écrire leur musique. Est-ce prémonitoire pour le groupe mais le disque sort le 11 septembre 2001, jour des attentats du World Trade Center à New York.

Cet album est aussi marqué par plusieurs collaborations. Tout d’abord avec Manu Chao (ex-chanteur de la Mano Negra) sur le titre « Le vent nous portera ». Pour le titre «L’Europe », c’est avec Brigitte Fontaine que le groupe collabore pour ce long morceau de 23 minutes. Enfin, le groupe décida d’utiliser le poème « Des armes » de Léo Ferré que ce dernier n’avait pas eu le temps de mettre en musique.

L’album vendu à plus de 600 000 exemplaires est certifié double Disque de platine le 14 novembre 2001 par la SNEP. Il se vend au total à plus d’un million d’exemplaires en France. Le groupe sera consacré aux victoires de la musique en 2002, en remportant la Victoire de l’album rock et celle du meilleur clip.

Lors de cette cérémonie, les quatre musiciens montent sur la scène du Zenith de Paris pour recevoir leur prix. C’est à ce moment-là que Bertrand Cantat s’adresse directement à Jean-Marie Messier, PDG de Vivendi Universal et qui se trouve donc être le propriétaire de la maison de disques qui produit le groupe, en lisant une déclaration sous forme de lettre en le fustigeant.

Une tournée triomphale suit la sortie de l’album et Bertrand Cantat, à la suite de cette tournée, décide de rejoindre durant l’été 2003, sa compagne de l’époque, Marie Trintignant, en Lituanie qui se trouve sur le tournage d’un téléfilm.

 

Le drame

A la suite d’une dispute dans leur chambre d’hôtel, Bertrand Cantat va être incarcéré et jugé pour avoir tué sa compagne Marie Trintignant des suites des coups que lui asséné le chanteur.

Je n’en dirais pas plus sur ce drame car malgré mon effort à faire la part des choses entre le chanteur (son art) et ses comportements en tant qu’humain, cela m’est difficile de distinguer les deux.

Tout comme le guitariste Serge Teyssot-Gay et les autres membres du groupe (Denis barthe et Jena-Paul Roy) qui décidèrent de quitter le groupe en novembre 2010 en invoquant « des désaccords émotionnels, humains et musicaux avec Bertrand Cantat, rajoutés au sentiment d’indécence qui caractérise la situation du groupe depuis plusieurs années », c’est bien durant cet été 2003 que le groupe est mort pour moi.

Le chanteur de noir desir restera un sombre héros de l’amer…. Néanmoins, avant cela, l’entité noir desir reste et restera à jamais le nom d’un grand groupe de rock bien made in France.

Noir Desir a dit

Camarade PDG,

Tu permets que je t’appelle camarade, je suis obligé de te tutoyer par la même occasion, c’est d’usage. Et puis c’est mieux que « Ô grand Jean-Marie MESSIER, commandeur des communicants », et puis des autres aussi, par la grâce de la Sainte Trinité : ramifications, absorbtion, profit.
C’est quoi, profit ? Profit, profit, c’est là.
Je précise quand même qu’il n’est pas le seul à être comme ça, je m’adresse donc aux autres aussi, mais enfin disons que lui, c’est le camarade le plus omniprésent. Et puis, quand même bon, il faut dire que toi, camarade, tu n’es pas vraiment mauvais finalement, tes intentions sont pures, le bonheur pour tous dans le meilleur des mondes, toi tu respectes les artistes, surtout les rebelles, pas ceux préfabriqués et formatés par l’industrie et pour l’industrie, tu es donc fantastique, mais il te reste tout à prouver :
– que tu défends la culture au pluriel, et pas seulement parce que le profit – tiens donc, un mot qu’il ne prononce jamais, mais nous, oui – n’a pas d’odeur – le profit n’a pas d’odeur,
– que les petits labels et les petits disquaires pourront survivre à une telle hégémonie, je parle du ras-de-marée Universal,(qui est aussi votre maison de disques)
– que tu ne sépares pas le monde entre bergers actionnaires et moutons payeurs, sachant que les bergers ont parfois des têtes de mouton et vice-versa.
Il te reste aussi à prouver que tu n’es pas le roi du dégraissage de personnel et qu’une de tes missions principales est de rééquilibrer les échanges culturels et commerciaux entre l’Europe et les Etats-Unis
– vous imaginez un petit peu le truc.
Tu as dit, Jean-Marie – tu permets, camarade, je t’appelle par ton prénom – sur France Inter début janvier, qu’un disque sur 4 partait à l’exportation. Selon toi c’est le cas de Noir Désir et de Zebda : merveilleux mais entièrement faux. Menteur, camarade patriote, chiffres à l’appui.
J’en passe et des meilleures sur l’utilisation que tu fais de notre nom, et c’est pour ça qu’on se permet de répondre, parce que c’est notre droit. Pour finir, saches que si tes pilules sont trop amères, tu trouveras d’autres que nous pour les faire passer, et nous n’avons pas demandé à faire partie de ce grand tout que tu diriges, que tu manipules, que tu récupères – critiques, médias, y compris cette lettre que tu vas sûrement tenter de récupérer. Allez, salut à toi camarade PDG de la nouvelle Internationale d’Universal, nous ne sommes pas dupes de ton manège, et si nous sommes tous embarqués dans la même planète, on n’est décidément pas du même monde.
Bertrand Cantat – Noir Désir.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/1″][uncode_author_profile][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/1″][vc_separator sep_color= »color-uydo » css_animation= »left-t-right »][vc_column_text]

Les morceaux de Noir Désir

[/vc_column_text][uncode_index el_id= »index-250976″ isotope_mode= »cellsByRow » loop= »size:20|order_by:date|post_type:post|tags:1521″ gutter_size= »4″ post_items= »media|featured|onpost|poster,title,category|nobg|topleft|display-icon,text|excerpt,link|round|small_size,author|sm_size|hide_qualification,sep-one|reduced,date,extra » screen_lg= »1000″ screen_md= »600″ screen_sm= »480″ single_width= »3″ images_size= »one-one » single_shape= »round » radius= »std » single_overlay_opacity= »50″ single_padding= »2″ single_css_animation= »zoom-out » title= »Les chansons de Noir Désir »][/vc_column][/vc_row]

Soutenez les artistes français

  • Découvrez les artistes de votre ville
  • Les concerts près de chez vous
  • News et Tendances musicales