NTM  La fièvre

ntm la fievre« La Fièvre » de Joeystarr et de Kool Shen est l’un des titres de l’album d’NTM « Paris sous les bombes » de 1995, des bombes de peintures pour les graffitis en l’occasion… Le rock n’est pas mis à l’honneur dans cette chanson et est plutôt mis au rancard : démodé, dépassé, en pleine décrépitude, une décadence qui marque le début du vidéoclip.

Dans les paroles, on trouve le terme Neshè. Shen en verlan donne nehs, ou neshe en adaptant. C’est en fait le surnom de Koll Shen (« l’envers » à l’envers donne, « verlan »… !) … Etrange car en Albanie, le terme neshe désigne les vierges sous serment, ou vierges jurées. Ce sont des femmes albanaises (et plus largement dans les balkans) qui ont choisi de vivre comme des hommes, et ont juré de rester vierges. Elles portent alors des vêtements masculins et bénéficient des avantages qu’ont les hommes. Une forme d’officialisation du transgenre, qui disparaît aujourd’hui. Ces femmes le devenaient avec plusieurs motivations. Les hommes étaient souvent tués dans les vendettas interfamiliales. Une neshe pouvait alors gérer les biens de la famille, travailler la terre etc ce que seuls les hommes étaient autorisés à faire sinon. Une femme pouvait aussi échapper ainsi à un mariage forcé, la famille de celle-ci sauvant la face … ! Une femme pouvait ainsi également obtenir plus de liberté et pouvait même hériter des biens de son père ou encore pouvait vivre son homosexualité féminine sans être condamnée par sa famille et la collectivité… !

Bon, ok, Kool Shen n’est pas une femme, encore moins vierge jurée. Donc oublions cette digression linguistique qui va finir par nous donner mal à la tête et peut-être même la fièvre…

NTM et les keufs…ça donne la fièvre

Alors la « fièvre » parle bien sûr de keufs et d’arrestations mais aussi de « serrer » une fille qui leur met la fièvre. Des paroles, de Kool Shen, qui passent très bien autour d’une histoire qui fonctionne. Des mots qui sont lancés par les deux rappeurs alternativement. Mais Joeystarr aurait dit que »Moi, ce morceau, il me fait ch… », alors… Le morceau « la fièvre » n’aura donc pas été à l’affiche du concert du retour d’NTM à Bercy (2018).

Les temps ont changé et le monde évolue. NTM a changé, le public aussi. « Juste une chose, on va se mettre d’accord sur un truc eh… Ce soir, tous ces actes de prépubères avec vos téléphones, les gars, un concert cela se vit » dit Joeystarr « C’est du direct live. Pas de téléphone », rajoute Kool Shen, cool Neshé avec son Look, de quoi les rendre malade et leur donner la fièvre … Ils ont raison… mais leur public a des téléphones, vit parfois plus pour la photo que pour le live, n’est plus tout à fait le même et porte de plus en plus de cravates au col…

Le monde change mais NTM reste tout de même le mythique Suprême NTM !

A voir et écouter, « la fièvre »

Paroles de «La fièvre»,

« Tout a débuté un matin quand à dix heures dix
Je fus tiré du lit par l’emmerdeur de service
Mon voisin du dessus, en bon fan d’Elvis
Passe ses week-ends à  foutre à  fond
De lives de Memphis
Le pire, c’est que je n’ai quasiment pas dormi de la nuit.
Sache qu’hier au soir, je suis sorti, mec,
Jusqu’à  six heures du mat.
Tu peux comprendre ça?
Ça ne me fait pas plus de quatre heures de sommeil, exact!
Je vais encore passer la journée la tête dans les vapes.
En plus, j’ai des rendez-vous importants, des interviews…
Ça risque d’être chaud, je suis de mauvaise humeur je l’avoue.
Mais j’assume. Je contrôle.
D’ailleurs, je suis déjà  au volant de ma caisse,
Direction les Abbesses,
Où j’ai rendez-vous avec


L’homme que l’on nomme Joey, Joey Starr.


Mais j’ai pas fait 500 mètres que les keufs m’arrêtent,
Et me prient de me mettre sur le coté afin de me soumettre
À un contrôle d’identité, simple formalité,
Quand on a ses papiers.
Mais voila, là , je les avais pas sur moi.
J’ai donc été invité au commissariat, où là ,
Ils m’ont mis la fièvre pendant, pendant des heures…
Mais ils m’ont mis la fièvre…
Pendant des heures, des heures…
Putain, trois heures maintenant que je l’attends…

Marre de faire la borne kilométrique comme trop souvent.
Le revoyant, me précisant, en insistant,
Qu’il me faut arriver dans les temps pour un truc important.
Quand apparaît devant moi une bitch.
C’est mal barré pour que je reste planté là ,
C’est mal barré, faut que je me décide et fasse mon choix,
Temps de réaction: très net, c’est net.
J’ai plus qu’une seule idée en tête:


Faut que je la serre!


Avant que ça ne me manque, il faut qu’on fasse la paire.
Mais il faut que je tempère mon excitation,
Car j’ai déjà  la fièvre à la vue de ce canon.
Donc sous hypnose, trop contemplatif, je n’ose…

Non, non, non, laissez-moi un peu de temps, c’est pas le bon moment!
Je sais, j’ai pas la journée mais je peux prendre tout mon temps,
tant il lui plait que je lui fasse du rentre-dedans.
Cette forme qui s’ondule, moi ça j’aime, tant pis pour Kool Shen,
Je la lâche pas, non, j’enchaîne, comme se le doit l’orfèvre.
Jamais, jamais d’un coup deux lièvres.
Alors, pendant des heures…
Mais elle m’a mis la fièvre…
Pendant des heures, des heures…
Oh, mais ils m’ont mis la fièvre, pendant des heures.
Je suis resté assis sur un banc, contre le radiateur.
J’avais pourtant des choses à  faire.
J’avais beau leur répéter, mais y’avait rien à  faire.
C’était définitivement pas mon jour:
Déjà le rock au réveil, j’étais pas vraiment pour…
Y’a des jours comme ça où tout ne va pas pour le mieux,
Y’a des jours où tout part en couille, tout coule…
Parle pour toi, neshè, car pour moi ce fut terrible,
J’ai passé la journée avec une meuf terrible!
Une bitch de magazine, beaucoup plus bonne que la plus bonne de tes copines!
Donc, je te laisse imaginer la suite,

Je te fais pas de dessin, ça risque d’être censuré dans le clip,
Mais bon, il n’y eut pas de répit, pas de trêve…
Pendant des heures et des heures,

Je lui ai mis la fièvre…
Pendant des heures, des heures….»

Écrit par Serge Para

ma chanson française