Nekfeu, le retour !

nekfeu

Il était attendu depuis trois ans. Le célèbre rappeur Français n’a rien sorti et n’a pas donner de nouvelle depuis son album « Cyborg » qui a été certifié triple disque de platine. Et pour en arriver là, aucune pub lui a été nécessaire. La sortie de cet album a été annoncé lors du concert de son groupe S-Crew le 1er Décembre 2016 à Bercy. Il interprètera la chanson « Squa » pour l’occasion et l’album sera disponible le lendemain de cette annonce. Et il nous laissera sur notre faim pendant trois ans, sans même une tournée pour « Cyborg ».  Et il est enfin revenu avec un film, un album et une tournée des festivals d’été… Si ça ce n’est pas le feu !

Un film, qui l’eut cru ?

Musicien, parolier, rappeur, j’ai cru halluciner quand j’ai vu la publication Instagram qui annonçait la sortie d’un film de Nekfeu avec une bande original composée par celui-ci. C’est LA nouvelle de l’année. J’ai donc réservé mon Jeudi 06 Juin et les places de cinéma pour aller voir ça. Plus curieux que jamais, je ne savais pas à quoi m’attendre… Est-ce un film autobiographique ? Un Film d’action ? Un concert Inédit ? Un making-off d’une tournée ? Nous n’avons eu aucune information, et je suis pressé de voire ça.

le film

20h30, les lumières de la salle s’éteignent. Le film commence. Nous voyons Nekfeu et toute son équipe dans des coulisses, juste avant un concert. Nous ressentons toute la pression qu’il y a au tout début d’un concert lorsque le public est hystérique, qu’il cri et qu’il attend. Et Nekfeu monte sur scène.

film nekfeu

« Aujourd’hui, j’ai joué devant 80 000 personnes et je ne me suis jamais senti aussi seul. »

Et nous quittons la scène. Nous le retrouvons avec une dame d’un certain âge, sa grand-mère. Et Nekfeu prend la parole pour nous expliquer qu’il faut parfois quitter les grandes villes pour revenir à la réalité. Et nous le retrouvons en toute simplicité, sur une terrasse en train de faire un Skype avec les gars de son équipe. Nekfeu est parti, sans rien dire à personne, sans donner de nouvelle en Grèce pour se ressourcer. Quand il daigne enfin répondre à ses amis, il explique alors qu’il est parti pour écrire. Il en avait besoin car cela faisait trois ans qu’il n’avait rien sorti et tout le monde lui foutait la pression. L’intrigue du film est bien là, je viens de comprendre.

Pourquoi tant d’absence ?

Si je cerne bien le film, cela va en être la problématique. Nekfeu veut nous expliquer pourquoi il s’est effacé de cette manière.

Un écran noir et le titre d’un chapitre « Premier Pas ». Le film se divisera alors en différentes parties. Les premières explications sont là. Nekfeu s’est mis la pression tout seul. Ça fait trop longtemps qu’il n’a rien sorti et il a peur, peur de la feuille blanche. Une peur que tous les auteurs connaissent. De plus l’artiste veut se reposer et se poser. Comme il le dit « Je fais tellement de concert que ma vie perso est devenu un entracte ». Il se sent comme un étranger dans sa propre ville et a voulu remettre les pendules à l’heure sur sa vie.

Et finalement, toute l’équipe s’envole pour le Japon, à Takotsubo pour travailler sur ce nouvel album. Arrivés dans leur location, ils se fabriquent un studio d’enregistrement de fortune en ajoutant des matelas aux murs pour une meilleure acoustique… Seul soucis, en deux mois, seulement un tiers de l’album était réalisé…

Ils repartent, alors, pour Los Angeles pour continuer à écrire le futur album. Ils se retrouvent sur place emprisonnés par une grosse tempête, ils arrivent malgré tout à enregistrer quelques titres dont une belle collaboration avec un jazzman et une chorale gospel. Et l’album sera fini d’écrire en Grèce…

Ce film est rempli d’impudeur et il nous fait directement rentrer dans l’intimité de Nekfeu.

La fin du film propose un QR code, dans lequel un freestyle inédit est disponible pendant 24 heures.

Et d’ailleurs, si on écoutait cet album ?

nekfeu albumLes étoiles vagabondes

Je n’ai pas attendu, a peine sortie du cinéma je me connecte sur une plateforme de streaming et c’est l’album de Nekfeu qui tournera. La sortie physique de cet opus était le 14 Juin et j’ai découvert un packaging très original. Un papier glacé argent enveloppait l’album qui s’appelle « Les Etoiles Vagabondes », comme le film.

La première chanson est très noire, très personnelle et à la fois très engagé. Plein de sujets s’enchevêtrent ici. On navigue entre délit de faciès, société de consommation, histoire d’amour douloureuse, l’envie d’être tranquille, les inconvénients du show-business et de la popularité. C’est très profond, très bien trouvé. Tout ça sur une musique rythmée et des sonorités synthétiques et même expérimentale parfois. Et ce texte entièrement parlé sur la fin de la chanson, est sublime et très bien trouvé !

 

Les autres chansons

Nekfeu chante sur le deuxième titre « Alunissons » avec une guitare électrique claire en accompagnement, une basse… Simple et efficace, c’est encore très sombre ce que nous propose le rappeur. Et s’il n’a pas les pieds sur Terre, j’espère pouvoir planer sur cette chanson pendant un de ses concert. Ce début d’album est prometteur, vite écoutons la suite.

« Cheum » puissante et engagé, elle contraste avec le début de cet album. Et la musique entrainante contraste avec ce texte au passé… Mélange entre nostalgie, et dénonciation du racisme puis nous retournons dans une musique plus mélancolique avec « Takotsubo » qui nous parle de galères mais en équipe soudé et du rap qui l’a sauvé.

« Menteur, Menteur » un coup de gueule contre les maisons de disques/ Les producteurs ? Puis un coup de gueule contre les filles faciles ? Contre le jugement facile ? Cette chanson est un coup de gueule puissant, réussi, dynamique.

« Ciel Noir » est une perle musicale. Nekfeu à fait fort, très fort. Cette chanson a été enregistrée en Amérique, en pleine tempête et on retrouve plein de morceaux de Los Angeles dedans. Nous traversons l’atlantique en 4min 13. Le mélange rap, jazz, gospel est fantastique. Un texte profond qui traite des libertés, de la drogue et de ce monde que nous sommes en train de détruire…

en collaboration

Nous retrouvons une collaboration avec Framal et Doums pour se mettre dans l’ambience.

Et s’il ne veut rien montrer devant eux, il essaie de faire de son mieux. Et bien il l’a fait avec ce petit bijou. L’écriture de ce texte est parfaite et l’ambiance musicale nous plonge dans un univers pluvieux qui vous prend aux tripes. Faire semblant d’aller bien et protéger ses proches… Il fait de son mieux et il fait ça très bien.

Le Bruit court dans la nuit c’est le bruit de la misère, pendant que nous dormons sur nos deux oreilles certains fuient leurs pays en guerre ou fuient le régime politique et d’autres nous disent que nous ne pouvons pas accueillir toute la misère du monde et Nekfeu chante ça avec une telle intensité et des jeux de mots bien trouvé.

Nous touchons le fond de la tristesse avec « Elle Pleut ». Insomnie, amour, souvenirs, aveux sont les maîtres mots (ou maux) de la chanson. Le chant de Nemir rajoute un léger groove archi-sombre au rap de Nekfeu.

Deux univers

Deux univers se rejoignent sur cet album. Actrice et grande chanteuse Française, Vanessa Paradis partagera une chanson d’amour avec le rappeur.

Tout au long de l’album je ressens la recherche musicale, la sincérité. « Premier pas » est très jazzy encore une fois, tout en restant très moderne et le mélange de style se fait à la perfection. Et dans un « Dernier Soupir », Nekfeu décida d’utiliser une nouvelle fois une chorale gospel pour une chanson finalement, très énergique.

Encore une collaboration, avec un autre grand du Rap Français, Damso. Un air qui rentre facilement dans la tête, elle est peut-être la chanson la plus commerciale de l’album. Et nous revenons sur une musique plus recherchée avec des violoncelles et piano en fond pour un rap engagé concernant la drogue et la justice.

« Compte les hommes » avec Alpha Wann est certainement une de mes préférées. « Koala Mouillé » à l’intro très rap américain est d’une puissance monstrueuse.

Juste Après… Une Expansion

Nekfeu nous dit qu’il ne va pas bien, mais ça lui donne l’inspiration, même une grande inspiration. Il sort une expansion de son album. Nous obtenons un double album de 36 titres. Les 3 ans d’absence sont largement pardonnés. De plus cette extension et tout aussi bonne que l’album. Et je ne vais pas m’étaler car je pourrais en parler pendant des heures, et j’ai déjà 1419 mots pour cet article… De cette expansion je retiens surtout le fait qu’il soit devenu un « Nouvel Homme » et que le rappeur renait « De [ses] Cendres ».

La recherche musicale est toujours aussi présente dans cette nouvelle édition de son nouvel opus. « Rouge à Lèvre » nous le prouve. Ce piano très blues en introduction avec cette voix me font penser à la saoul de Prince. Encore ce même chagrin d’amour qu’il raconte tout en exposant la fabrication de l’album et les différents voyages qu’il a fait pour aboutir à ce chef d’œuvre du Rap Français.

C’est un retour gagnant que nous fait Nekfeu. Un coup très réussi puisque le film a battu, en un soir, tous les records d’entrée et l’album est à ce jour (10 juillet 2019) double disque de platine.

Il entame maintenant la tournée des festivals d’été et j’espère pouvoir le voir sur une scène Parisienne très bientôt…

 

Le P’tit Wil 😊

 

Retour haut de page