Agissons pour la chanson française !
Découvrez de nouveaux artistes et chanteurs ou redécouvrez vos artistes et chansons préférées.

Agissons pour la chanson française !
Découvrez de nouveaux artistes et chanteurs ou redécouvrez vos artistes et chansons préférées.

Live Report :    Lomepal– AccorHotels Arena 2019

 

la scene de lomepal

Souvenez-vous, dans mon TOP 10 des albums de 2018, j’avais cité « Jeannine » de Lomepal. Un an après la sortie de son album et après avoir rempli deux soir de suite le Zénith de Paris en février 2019, il enchaîne deux Bercy, et Ma Chanson Française y est. Je vais faire mon premier concert de rap français. Quoi que, faut dire que son dernier album tend plus vers la pop que vers le rap. J’espère quand même entendre ses premiers morceaux comme « coquillage » ou « Le Singe Fume Sa Cigarette » ! Aller, entrons dans la salle !

 

Carabello et JeanJass en première Partie !

lomepalNous sommes arrivés à nos places, et nous sommes plutôt bien installé en gradin, presqu’en face de la scène dans les premiers rangs. Quand nous arrivons, la première partie est déjà largement entamé et Bercy est déjà en feu. La scène est belle et sophistiquée. Une voiture est exposée sur scène avec des enceintes qui s’animent de lumières en rythme. Le son n’est pas très clair et les basses grésillent un peu. De plus, ne connaissant pas ces chansons, je suis un peu perdu et étonné. Pour la première fois de ma vie je me sens vieux dans un concert. La moyenne d’âge navigue entre quinze et dix-huit ans. Et mes dix-huit ans sont déjà bien derrière moi. Je n’arrive pas à m’imprégner de cette première partie. En plus je remarque l’usage d’effet et d’auto-tune, cela me laisse perplexe.

Mais je m’attendais à cette première partie, les deux rappeurs ont déjà travaillé avec Antoine.

Je retrouve des habitudes communes avec mes concerts rock habituels : le pogo ! Directement inspiré du rock et du punk, je suis surpris de retrouver cette « danse » ici.

Cette première partie ne m’a pas forcement plu mais Carabello & JeanJass ont fait un bon taf et ont chauffé l’AccorHotels Arena un max !

Lomepal arrive !

Après presque 40 minutes d’attente après la première partie (il se fait désirer le pépère !) les lumières s’éteignent et nous entendons un solo de batterie, épatant ! Enfin le chanteur apparait sur scène en chantant « 200 ». Le son est sorti sur « Amina » la rééditionde « Jeanine ». Le son dans la salle n’est pas top, j’ai peur pour la suite. Mais le public est surexcité et tout le monde chante, presque aussi fort que Lomepal. Il va falloir augmenter le volume messieurs les ingés.

Voici un morceau de « Flip » qui s’appelle « Lucy ». J’vais totalement oublié cette chanson, ça fait plaisir de la réentendre. Et la troisième est un titre, que je considère comme phare, de son dernier album et l’ambiance est déjà à son comble. Les jeunes savent mettre l’ambiance !

 

La Mise en scène de Lomepal

La scène est grandiose : Des estrades superposées qui remplissent toute la scène et un grand disque en lévitation qui change de position au fur et à mesure du concert. Les jeux de lumière sont très bien dosés et toutes les couleurs sont en harmonies.

lomepal concert

Seul petit hic, nous avons entendu la batterie en introduction mais nous ne la voyons pas, ou très peu… Y’a-t-il des musiciens sur scène, où est-ce une bande son ? Je trouve que la scène est remplie mais humainement vide.

Les succès de « Jeannine » s’enchainent. Lomepal n’a « Plus de Larmes » dans la machine et il trouve que c’est « Beau La Folie ».

Spécial Guest de Lomepal et surprise

« La Vérité », le concert d’Antoine est une putain de surprise ! Voilà qu’Orelsan 

arrive sur scène pour pousser lacchansonnette. Il est arrivé sans prévenir sans aucune annonce, et ce coup est une vraie réussite, Bercy tremble !

Caballero et JeanJass font aussi partis des invités spéciaux. Après la première partie, et bien ce n’est pas fini. Ils reviennent pour enchainer « X-Men » et « Montfermeil ».

Et les surprises ne s’arrêtent pas là. Ecran noir, l’instrumental commence et le chanteur apparait juste derrière nous ! Il commence à nous chanter « Oyasumi », titre sorti sur un EP en 2016. Un chef d’œuvre et l’interprétation live acoustique est sublime. Le chanteur restera derrière nous pendant toute la chanson et pour le début de la suivante qui s’appelle « Danse ». Puis il traverse le public pour revenir sur scène et continuer son set acoustique.

Ce moment est très intéressant pour deux points. D’une part le chanteur nous montre son talent jusqu’au bout tout en devenant très intimiste et ce n’est pas un exercice simple. De deux, la scène se rempli humainement. Nous pouvons enfin apercevoir les musiciens et ils sont en alchimie totale. C’est beau et Bercy se transforme en une salle très, très chaleureuse.

 

Ça sent la fin…

Le show reprend son cour, l’ambiance acoustique s’évapore avec « Malaise » mais les musiciens restent sur le devant de la scène et ça c’est cool. « Pommade » est puissante, forte. Sur scène, ça bouge, ça saute, et je ne parlerai pas du public qui kiffe à fond. « Ma cousin » n’arrangera pas la situation. Après avoir chauffé, maintenant Bercy est en fusion total. Il fait chaud, ça chante ça crie. Lomepal transmet tellement d’énergie que j’en suis fatigué. Mais je tiens le coup, je veux voir la fin de ce show d’enfer !

Enfin, voici la tant attendu « Yeux disent ». L’interprétation est magique et tout le monde connait les paroles. Il profite, certainement, de ce moment de calme pour pouvoir recharger ses batteries. Mais non, nous finirons sur cette chanson après présentation des musiciens. Lomepal a réussi à avoir Mr Sage au piano, ancien membre de Revolver.

Une Pause

Ainsi tout le monde s’échappe de la scène et ils nous laissent là dans cette ambiance de folie… Le public rappelle, rappelle très fort même. Avant de nous quitter, Antoine nous a confessé qu’il voulait faire une pause dans sa carrière, il est bien sur scène puisque c’est là qu’il oublie ses soucis. Mais ses chansons sont très personnelles et là il n’a plus rien à raconter puisqu’il navigue qu’entre scène et studio depuis « Flip ».

 

Il y a du mouvement sur scène. Sage s’installe au piano et commence à jouer. Lomepal arrive et commence à chanter « Trop Beau » un moment magique avec tous les flashs de téléphone allumés ça change des briquets sur « Mistral Gagnant » de Renaud ou sur « Still loving you » de Scorpions).

Et puisque l’ambiance n’est pas assez chaude (ironie !), on continue avec 1000°. Dernière surprise du concert : l’arrivée de Roméo Elvis rend dingue toute la salle. Pour l’occasion, Lomepal ôte son T-shirt et appelle toute son équipe sur scène et y’en a du monde !

Le concert s’achève, la salle se rallume, toujours dans l’hystérie. Est-ce que ces jeunes (et je me compte parmi eux) arriveront à se calmer ?

Je tire mon chapeau, et une conclusion…

Mr Antoine, Bravo. J’ai vu Bercy et folie pour Scorpions, pour Queens Of the Stone Age, pour Bruce Springsteen, pour Thiefaine et plein d’autre. Mais Bercy en feu comme ce soir, à part pour Avenged Sevenfold, je n’avais pas vu. J’ai beaucoup aimé mon premier concert de rap français, même si j’aurai aimé entendre des morceaux des premiers albums. Je me rappelle de « Coquillage » en 2013 avec le piano et le tempo très jazzy. Une chanson pleine d’audace. Je me souviens aussi du saxophone encore plus jazz de « L’horloge » avec un texte nostalgique et engagé. Ces morceaux étaient vraiment ingénieux. Les morceaux joués sont de vrais succès commerciaux et les textes sont admirablement bien construits. L’interprétation scénique a été magistrale. Et Lomepal est un homme simple sans blingbling contrairement à ses confrères rappeurs aux grosses chaines et très voyant (je ne citerai aucun nom). Il est arrivé avec son jeans, son t-shirt et sa voix. Et c’était bien, et c’était beau, merci pour cette soirée.

Setlist :200/ Lucy/ Mômes/ X-Men(with JeanJass) / Plus de larmes/ Beau la folie/ Évidemment/ Regarde-moi/ La vérité(with Orelsan) / Montfermeil(with Caballero) / Oyasumi/ Danse/ Le vrai moi/ Tout lâcher/ Malaise/ Pommade/ Ma cousin/ Yeux disent

Encore :Trop beau/ 1000 degrés(with Roméo Elvis).

 

Le p’tit Wil 😊

Retour haut de page