Report Live : Etienne Daho à Strasbourg – BLITZ TOUR 2018

Je n’ai jamais aimé Etienne Daho. Enfin, je n’ai écouté que Week-end à Rome, et cela m’a suffit ! Puis sur de bons conseils, je me suis intéressé à son dernier album « Blitz » sorti en 2017. Et bizarrement, j’ai accroché. Je l’ai trouvé plus rock que pop, très psyché et ai reconnu la touche d’un grand musicien français, Monsieur Flavien Berger. Il a tapé dans le mille, je me suis laissé embarquer dans un de ses concerts, à cinq heures de la capitale.

Je prends la route direction Strasbourg et me dirige, après une grande visite de cette belle ville, vers le PMC (Palais de la Musique et des Congrès). A mon arrivée, quelques personnes sont déjà là, certainement des fans d’étienne daho. Pas habitué au concert en province je me demande si l’ambiance sera la même que sur Paris… Je commence à ressentir une appréhension, vais-je aimer ce concert ? Après tout, je n’aime que quelques chansons de Daho les autres m’insupportent presque… 19h 15, les portes du PMC ouvrent et les premières personnes entrent sans affolement ! Effectivement, courir n’est pas nécessaire vu que toutes les places sont numérotées. Je découvre une salle de spectacle très classe, 2000 places environ, sièges gris, mûrs en relief rouges… Les Lumières s’éteignent…

Etienne Daho, la première partie

 

Etienne Daho spectacle
Etienne Daho spectacle

20h 00, Nous entendons la voix de Daho qui nous présente un groupe qui fera office de première partie. Veuillez excuser ma mémoire de poisson rouge, j’ai oublié leur nom… Quatre jeunes hommes arrivent sur scène au look années 80, veste longue, jaune à pois, jeans serrés, t-shirt rentré dans le pantalon… Leur musique est très pop-psyché, leur chant anglophone ; Le début me plaît. Nous voyons et ressentons que ce ne sont pas des habitués des grandes salles de part leurs timidités. En effet, Etienne Daho a organisé un concourt pour trouver qui aura le privilège de faire sa première partie, une très belle idée pour faire découvrir de jeunes talents comme eux ! La suite de leur set me plaît un peu moins, il n’y a rien de nouveau pour moi, leurs chansons me rappellent celle d’Indochine des années 80 avec des sons de synthé quelques fois répétitifs. Cependant, ces p’tits jeunes (certainement plus vieux que moi) jouent bien, même très bien. 20h 25, la salle se rallume.

DAHO sur scène

Daho sur scene
Daho sur scène

20h 40, de nouveau plongés dans le noir, les musiciens arrivent et entament l’introduction des « Filles du Canyon » les yeux bandés comme Zorro, je ne comprends pas l’utilité de ce masque, mais pourquoi pas ! Arrive enfin le tant attendu, étienne daho, la salle devient hystérique ! Mon appréhension sur l’ambiance se dissipe soudainement. Le batteur est caché derrière des vitres de plexiglass, sur scène, pas de décor si ce n’est qu’encadré lumineux. Dès le début, le jeu de lumière est impressionnant. Les fans connaissent les paroles par cœur, l’excitation est à son comble ! Je trouve cette chanson beaucoup plus rock que sur l’album, les guitares sont bien mises en avant, un bon arrangement. Mais pas la voix d’Étienne Daho, je la trouve étouffée, on ne la distingue pas assez. Il enchaîne avec une vieille qu’est  « le grand sommeil » et me laisse totalement indifférent… Vais-je aimer ce concert ?

Les morceaux de Daho, « Le Jardin » me rassure et « Sortir ce soir » met une ambiance de folie, tous les fans s’approchent de la scène et la salle se lève pour danser (et moi aussi !). Moment fatidique, Week-end à Rome, mais réarrangé. Cette version est meilleure ! Au-revoir boite à rythme, vieux synthés et bonjour ambiance guitare électrique planante, romantique… Mais j’ai encore un peu de mal avec celle-ci, je crois que je ne m’y ferai pas ! Sans interruption, Daho continue sur sa lancée « romantique » avec « Les flocons d’été », une belle interprétation, une belle chanson remplie d’émotions, et ça j’aime !

Daho et autres artistes…

Etienne Daho commence à parler (enfin !). Il nous raconte quelques anecdotes sur l’enregistrement de « Blitz » qui s’est passé à Londres, dans la chambre de Syd Barrett. Heureux d’avoir écouté cette histoire, le concert reprend, et je reconnais les premières notes d’ « Arnold Layne », un des premiers titres de Pink Floyd composé par Syd Barrett. Je deviens totalement hystérique. Daho est très fidèle à la version originale. Son interprétation est puissante et digne du groupe mythique ! La chanson suivante « Chambre 29 » est un hommage à cette fameuse chambre et j’adhère complètement.

« L’étincelle » me fiche des frissons. Cette chanson est un chef d’œuvre, et Etienne Daho réussit à plonger la salle dans un froid glaciale, ambiance parfaite pour l’œuvre. Heureux d’entendre « Des Attractions Désastres » en live et cette version aux guitares rock me séduit. Il continue avec d’anciens titres qui ne me plaisent pas trop sauf peut-être « Le Premier Jour » et « Tombé pour la France ».

Daho sur scène
Daho sur scène

Nous avons, ce soir là, eu le privilège d’entendre pour la première fois en live « L’étrangère » qu’etienne daho avait enregistré en duo sur l’album « Les Chansons de L’Innocence Retrouvée » de 2013. Seulement, les séquences pré-enregistrées de Debbie Harry me laissent perplexe. Entendre une voix sans voir la personne chanter, sensation étrange… Mais la version live est bonne ! Il s’en ira après une « Epaule Tatoo » et un « You’re like summertime » (titre d’Ultra Orange). Et Wahoo ! Ce final déchire ! You’re like Summertime est rythmé, saturé, dansant ! On ne pouvait pas avoir de meilleur final je pense. 22 Heures, Etienne quitte la scène.

Etienne Daho généreux

Mais, après de nombreux rappels du public, Daho revient avec « Après le Blitz », le titre phare de son dernier album qui m’a fichu un cafard à en couper au couteau, et quelle réussite ! Le solo final sorti tout droit des enfers me colle les larmes aux yeux, bravo, cet instant est magique ! Une autre ? Bien-sûr ! Etienne entonne « Bleu comme Toi » avant de repartir, une ancienne que le public porte dans son cœur, mais pas moi…

Les fans d’étienne daho entament un deuxième rappel, n’y croyant pas, je remets ma veste, mais me déshabille aussitôt ! Le chanteur généreux, revient faire une petite dernière pour nous. « Ouverture », pour conclure un concert, une drôle d’idée, mais j’aime bien, comme une déclaration d’amour a son public !

Globalement, la soirée a été bonne ! Je suis arrivé avec un handicap (je ne connaissais que très peu de chansons) et des a priori et je ressors avec des belles découvertes, surtout les chansons du dernier album et « Des Attractions Désastres ». Le Daho de l’époque « Week-end à Rome » n’est pas fait pour moi je crois. Mais je reconnais l’artiste et son talent. La salle était en feu, l’ambiance était folle et le public heureux de le retrouver ! Alors pour ça, bravo Monsieur Daho !

Setlist : Les filles Du Canyon/ Le Grand Sommeil/ Le Jardin/ Sortir Ce Soir/ Poppy Gene Tiernay/ Week-end à Rome/ Les Flocons d’été/ Arnold Layne (Pink Floyd Cover)/ Chambre 29/ L’invitation/ L’étincelle/ L’homme Qui Marche/ Des Attractions Désastres/ L’américain/ Tombé Pour la France/ En Surface/ Le Premier Jour/ L’étrangère/ Epaule Tatoo/ You’re Like Summertime (Ultra Orange Cover)/ Après Le Blitz/ Bleu Comme Toi/ Ouverture