Etienne Daho, Les flocons de l’été

Etienne Daho la pop en flocons

Etienne Daho la pop en flocons

Etienne Daho a sorti un nouvel album en 2017 (le 13 ème) dans lequel on trouve « les flocons de l’été« . Il nous fallait bien parler d’une des chansons nouvelles. Écrire des articles sur les succès du passé (et il y en a eu, voir « weekend à Rome», ou « Tombé pour la France » , ) serait sans doute insuffisant, même si… Même si « Blitz », le nouvel album n’est pas forcément à la hauteur de ces succès passé. Mais bon il y a de la pop populaire dans ce titre les « les flocons de l’été »

Etienne Daho touché, touchant quand tombent les flocons de l’été

A Londres , Etienne a vécu les évènements que chacun a connu : attentats et brexit. Le rejet de la culture par l’intégrisme et le rejet des autres par le Brexit…de quoi marquer non ? Il semblerait que l’album en soit une conséquence.

Et toujours cette voix de Daho qui avait été très critiquée au départ, comme n’étant pas une voix de chanteur en fait. On le sent parfois en limite mais sa présence est envahissante. Touchant Étienne Daho, avec les flocons de l’été, une chanson somme toute banale, mais si agréable à entendre et à vivre, en se laissant porter.

Etienne Daho : la pop populaire

Alors certains disent que « les flocons de l’été» feraient référence à une forme de mort au goutte à goutte… ?

Certains disent que le message est écologique, même si les flocons en été c’est plus le refroidissement que le réchauffement…

Daho pop francaise
Daho pop francaise

Il semblerait qu’Etienne Daho ait donné l’explication. Ce titre serait en mémoire de son opération qui aurait pu lui coûter la vie :

« On pense que c’est une chanson où je me suis fait larguer, alors qu’il n’est pas du tout question de ça. J’ai vraiment ressenti ça à l’époque, cette sensation que je ne pourrais plus jamais sortir, que j’allais rester un légume sous morphine, intubé de partout. Qu’il n’y aurait plus jamais d’été »

Bon, mais on peut aussi se dire tout simplement que c’est une chanson légère, populaire, sans grand message, agréable à entendre, de la pop à la Etienne Daho, le parrain de la pop française ou le roi de la pop francaise, selon.

« Blitz » a été enregistré dans le pays du début de la pop et du rock. En Angleterre, à Londres, Etienne y aurait écrit les titres de son album. Enregistré là-bas aussi, il aura été accompagné de Fabien Waltmann, et de Jean-Louis Pierrot.

Le vidéoclip est réalisé par Romain Winkler qui aurait dit « Il ne faut pas déflorer les chansons. C’est une erreur de raconter ce que veut dire un titre car cela coupe l’auditeur de pouvoir mettre sa vie, ses émotions, de pouvoir s’approprier une chanson et la faire sienne ». Pas faux.

Etienne Daho : Winter is coming avec les flocons de l’été

Il l’aurait dit :

« C’est une chanson qui est un peu différente du reste de l’album, elle est un peu singulière…. Elle est vraiment à la fois aérienne, très tendue et mélodique. Elle est venue d’une manière très fluide, c’est un album de résistance en fait »

C’est clair qu’Etienne Daho a marqué la pop française, c’est clair aussi que ce n’est pas un chanteur, auteur à message, ou alors surtout celui de vivre sa vie, ses plaisirs, avec les autres, une forme de liberté qu’il serait bien malheureux de critiquer.

Un album de résistance dit-il, sans doute résistance au temps qui passe.., pas facile d’y résister !

Etienne, Etienne, le temps passe, il le sent, on le sent dans une forme de nostalgie dans ce titre les flocons d’été, un monde qui est bousculé, qui n’est plus le même…mais Etienne reste.

A écouter sur youtube: « flocons d’été » :

Paroles de « Les flocons d’été»

Tout est blanc
Tout givré
Innocent
Tout figé
C’est l’hiver, en été
Tout est blanc
Défoncé
Aveuglant
Déchiré
C’est l’hiver, en été

La nuit blanche pourrait durer
Jusqu’à la fin de l’été
Allongé sur le sable givré
Sous les flocons de l’été
La nuit pourrait durer
Toute l’éternité

Tout est blanc
Étouffé
Faux semblant
Allongé
C’est l’hiver, en été

Tout est blanc
Tout givré
Survivant
Tout flingué
C’est l’hiver, en été

La nuit blanche pourrait durer
Toute l’éternité
Loin, si loin, soi-même exilé
Sous les flocons de l’été
La nuit pourrait durer
Toute l’éternité

C’est l’hiver, en été

Écrit par Serge Para

 

Retour haut de page