Agissons pour la chanson française !
Découvrez de nouveaux artistes et chanteurs ou redécouvrez vos artistes et chansons préférées.

Agissons pour la chanson française !
Découvrez de nouveaux artistes et chanteurs ou redécouvrez vos artistes et chansons préférées.

Damia, sombre héroïne de l’amer

Le 5 décembre 1889, dans le 13ème arrondissement de Paris, nait la petite Marie-Louise Damien, d’un couple de parents venus des Vosges à l’assaut de la capitale. S’il ne fait pas bien chaud à Paris ce jour-là, c’est quand même encore pire là-bas … Elle y passera juste des vacances, chez ses grands-parents. Son père, Nicolas, est agent de police. Il aura surtout la triste réputation, en définitive, d’avoir eu le poing plus démonstratif que les sentiments …

En route !

dama jeuneLa petite Marie-Louise, qui n’est pas encore Damia, se sauve donc de chez elle à quinze ans, fuyant ce foyer invivable. A cet âge, et en 1904, c’est forcément une vie d’errance qui l’attend. Ses talents naissants l’aident cependant, et elle passera donc de cabaret en cabaret, pour y danser, pour y chanter, croisant au hasard des jours qui défilent la route de quelques noms illustres, d’Aristide Bruant à Mistinguett, et elle fréquentera les quartiers qui feront les beaux jours de Paris …

Après un séjour à Londres où ses numéros provocants font quelques étincelles, elle revient à Paris où, faisant une halte au théâtre, elle est repérée par un certain Doherty qui n’est autre que Robert Hollard (le mari de Fréhel). Celui-ci lui donne très vite quelques cours de chant, voir plus si affinités. Et affinités il y eut, visiblement, la faiblesse de la chair tout ce tintouin enfin quoi enfin vous connaissez la chanson …

Son style

Faisant d’un répertoire sombre et plutôt sordide sa spécialité, aidée en cela par une voix très grave et un physique sec, Damia devient célèbre dans le Tout-Paris et se produit de l’Alhambra au Petit Casino en passant par la Pépinière, devant des publics franchement électrisés par l’érotisme puissant qui se dégage de sa personne. Sacha Guitry, qui est devenu un ami, lui conseille dit-on de faire de son fuseau noir et de son maquillage sombre une marque de fabrique. Cette image ne quittera plus Damia. Damia-chanteuseElle imposera d’ailleurs son style aux chanteuses dites réalistes qui prendront ensuite la relève, d’Édith Piaf à Juliette Gréco.

Damia dira plus tard, au sujet de son apparence physique, que l’idée de la robe noire lui est venue de Max Dearly et non pas de Sacha Guitry. Elle impose une rupture scénique totale avec son époque, en abandonnant tout décor au profit d’un unique et spartiate rideau noir. Damia chante sans micro, avec sa robe noire, ses cheveux noirs et son maquillage sombre, devant ce rideau noir. Elle fut ainsi la première chanteuse toute en noir. Avec Damia, la vie se joue comme si elle était une pièce de théâtre. Ses éclairages, sa gestuelle, et puis les expressions surjouées que prend son visage. Et sa voix, surtout, toujours chez Damia à la fois et une plainte et un cri. Sa chanson Sombre Dimanche, jugée suicidogène, sera d’ailleurs interdite au public.

 

 

Le cinéma

Damia actrice Parallèlement, Damia tient quelques rôles plus ou moins marquants au cinéma :

1927 – Napoléon d’Abel Gance

1930 – Tu m’oublieras de Henri Diamant-Berger

1933 – La tête d’un homme de Julien Duvivier

1937 – Les perles de la couronne de Sacha Guitry

1956 – Notre-Dame de Paris de Jean Delannoy

 

 

Ses adieux à la vie d’artiste

Après la gloire entre les deux guerres, Damia disparait progressivement au profit de plus jeunes idoles, notamment la Môme Piaf. Elle triomphe encore lors d’un récital à Pleyel, en 1949, et part en 1953 pour une tournée au Japon. Damia remonte sur scène en 1954 à Paris, à l’Olympia, où chante en première partie un certain Jacques Brel, qui débute la carrière que l’on connait. Puis, en 1955, elle se retire du métier et prend la retraite de sa vie d’artiste.

Damia chansonsEn 1963, une compilation de ses grands titres est éditée, Les Plus Belles Années du Music-Hall, et l’Académie Charles-Cros lui décerne alors son Grand Prix. Il n’est jamais trop tard pour bien faire, dit le proverbe, et avec Damia c’est un oubli que l’on cherche visiblement à réparer.

Damia meurt le 30 janvier 1978, à La Celle-Saint-Cloud, d’une chute accidentelle sur les voies du métro. Avec une mort finalement raccord avec son œuvre musicale tragique, puisqu’à l’époque il fut aussi question d’un suicide et pas que d’un accident.

Elle est enterrée au Cimetière Parisien de Pantin.

 

Damia se raconte un peu …

Un aperçu de son œuvre

  • Les Goélands
  • Tu ne sais pas aimer
  • Pour un seul amour
  • Amours de minuit
  • Il ne reste rien
  • Mon matelot
  • La Veuve
  • J’ai bu
  • Pluie
  • Tout le jour, toute la nuit
  • La Guinguette a fermé ses volets
  • J’ai perdu ma jeunesse
  • Sombre Dimanche
  • C’est la guinguette
  • L’Étranger
  • Tourbillons d’automne
  • Etc.
Retour haut de page