L’amour

299 Points

Type de ChansonOriginale
Style MusicalChanson Française
LangueFrançais
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles
Vous devez être connecté pour Voter.
Connexion / Inscription
Loading…

L'histoire de L’amour

Cette chanson traite d’un amour impossible, entre une jeune musicienne et moi même. La chanson parles de sentiments communs que chaque personnes sur cette terre est susceptible d’avoir vécu ou de ressentir. c’est un texte poétique écris en vers, il est pour moi une manière de vider ce trop pleins d’émotions que l’on peut ressentir au cours d’une relation amoureuse impossible.

ma biographie :

Né le 10 juin 1993, Lucas Usseglio grandit dans le sud de la France. Une enfance caressée par les ondes marines de La Ciotat. C’est au sein de son foyer natal que se développe son appétit pour la culture, les lettres et la musique, influencé par une mère institutrice et un père professeur d’italien musicien. Bercé par les plus grands artistes français de Léo Ferré à Jaques Brel, il cultive un amour pour la poésie, la sonorité mélancolique des mots et le souffle contestataire d’une élite culturelle engagée. Il est traversé également par l’influence folk et rock de l a fin des années soixante de l’immémorable et l’incontestable génie musical de Bob Dylan. C’est à l’âge de onze ans qu’il concrétise son amour mélodieux en s’initiant à l’apprentissage d’un instrument à la fois sensuel et tranchant qu’est la guitare. C’est ainsi que s’ébauche son adolescence tumultueuse et agitée entre amertume, désolation et remise en cause d’un monde au sein duquel il ne se reconnait pas, semblant rappelé la recherche d’un âge d’or perdu des poètes maudits.
C’est en 2014 que le rêveur inspiré matérialise ses aspirations avec un premier EP, une première création pensée, conçue et enregistrée avec un groupe mélomane « ALEPH » indépendant de sa création. C’est en studio professionnel que s’élabore la composition un laboratoire musical où s’entre mêle l’harmonie exotique d’Orient et d’Amérique latine. Après un an d’acharnement conclu par l’enfantement du projet, le guitariste quitte ce bateau ivre au génie incomplet, exilé d’une carcasse à laquelle il ne s’identifie plus. En 2015, la frange artistique se disloque.
En 2016, la pression économique et les besoins financiers le pousse à travailler au sein d’un négoce musical de la cité antique marseillaise. C’est au cœur de cette aire de bohème qu’il accouche de ses compositions les plus chimériques. Cette époque est marquée par la rencontre, l’échange et l’émulsion artistique des musiciens de passage ainsi qu’une phase personnelle tourmentée que sa musique se parent de nouvelles influences. La mélancolie, l’obsession, le drame personnel et l’addiction s’accaparent de son œuvre. Le doute et la peur de la page blanche cristallise ses mélodies, le vide et le temps parasite l’esprit de l’artiste, seul, face aux désillusions.
En 2018, la marche sourde et lente de l’artiste se concrétise par un nouvel EP de six mélodies meurtries par les dépendances, un panel de substances et de désirs obsessionnels. Une atmosphère morose, suave et entêtante transcende la violence de cet assujettissement. Un cadre sombre et presque cinématographique reproduit les ombres du passé au sein d’une chambre mal éclairée où la lumière des persiennes laisse entrevoir un espoir teinté de douleur. La francophonie des textes laisse murmurer le spleen Baudelairien.
L’année 2019 inverse le vent de sa carrière, après un an d’enregistrement et de communication, c’est à la radio qu’il est découvert. Puis, Florent Silve, directeur du label Free Monkey Records, intervient sur le chemin de son pèlerinage artistique afin de lui présenter son nouveau projet. Une rencontre esthétique qui grave l’avènement d’une nouvelle aire musicale. Toujours porté, voir presque meurtri par ce désir de créer, une création salvatrice, Lucas édifie actuellement un nouvel album. Une composition artistique humaniste et passionnée verra le jour d’ici 2020.

Les paroles de L’amour

L’amour :

 

Tes yeux sont des amandes

Bordés d’or et de vert

D’où perlent des orages

Lorsque ton cœur est pierre

Marions-nous alors

Mais musicalement

De façon que nos êtres

Fusionnent en chanson

Lorsque la nuit s’éteint

Ton soleil est ivresse

Souvenirs au matin

Ces moments d’allégresse

Mais l’amour te fait peur

Seule mais sans pleurer

Tu contrains tes humeurs

Perdre ta liberté

 

Marions-nous mais calmement

Afin que nos plaies soient pansées

Afin que l’or de nos moments

Soit voué à l’éternité

Marions-nous mais lentement

Ta lumière est mon seul Eden

Que l’amour naisse avec le temps

Nos deux noms gravés dans l’ébène

 

Étrange et fascinante

Tes textes me libèrent

Tes mots sont des murmures

Enivrants tous mes vers

J’ai misé sur ta voix

La musique est maitresse

Et maitre de nos âmes

Elle sait qu’il ne faut pas

Sentiments d’impossible

D’un amour idéal

Le tout parait plausible

Mais l’art est infernal

Mon cœur bat la chamade

Rythme folk et chamane

Ta voix est envoutante

Je crains qu’elle ne me hante

 

Marions-nous mais calmement

Afin que nos plaies soient pansées

Afin que l’or de nos moment

Soit voué à l’éternité

Marions-nous mais lentement

Ta lumière est mon seul Eden

Que l’amour naisse avec le temps

Nos deux noms gravés dans l’ébène

 

Je t’offre un mariage musical

Et ce bouquet de prose

Pour toi j’ignore tous les usages

Délaissant les bouquets de roses

Je t’offre un mariage musical

Comme la lune et le soleil

J’aimerais t’offrir, millions d’étoiles

J’ai peur de n’atteindre le ciel

 

Marions-nous, mais calmement

Afin que nos plaies soient pansées

Afin que l’or de nos moments

Soit voué à l’éternité

Marions-nous mais lentement

Ta lumière est mon seul Eden

Que l’amour naisse avec le temps

Nos deux noms gravés dans l’ébène

Donnez votre avis sur la chanson

Réponses